Contact

  • Fondation Jean Paul II pour le Sahel
    01 BP 4890
    Ouagadougou - Burkina Faso
    Tel : + 226 62 58 44 95 - 70 64 02 97 

 

LIENS

LA NÉCESSITÉ DE L'UCAO

Dernière mise à jour: Septembre 2016

La formation de chaque homme et de tout l’homme a toujours été l’une des préoccupations majeures de l’Église Catholique. Elle y a constamment répondu, d’abord par ses écoles primaires, puis ses écoles secondaires. De ce fait, elle a contribué, en Afrique, à former les premiers cadres qui se flattent, bien souvent, de la formation qu’ils ont reçue et la souhaitent pour leurs enfants et petits-enfants.
Ils manquait pourtant un maillon important à ces structures de formation, appréciées de tous : l’enseignement supérieur comme instance de conception, de créativité et d’organisation de la pensée t de la technologie, en vue du développement de la vie matérielle, économique, sociale et politique des populations et des pays où se déploient les activités pastorales de l’Église catholique.
Les Églises d’Afrique, par ailleurs si porteuses d’espérance pour l’Église universelle, ne pouvaient continuer d’être absentes de ces instances, sans hypothéquer une part de leur efficacité et de leur influence. Les crises que connaissent plusieurs pays africains sollicitent souvent son expertise en humanité et aussi la compétence de ses cadres. Elles doivent donc tout faire pour éviter de perdre l’intérêt de leur présence dans un des lieux importants de témoignage et de service éminent de la société qu’est l’Université.
Le déclin moral et les limites pédagogiques de la plupart des Universités État, que tout le monde regrette, sollicitent, de façon encore plus pressante, le rôle de subsidiarité de l’Église, dans un domaine où elle avait déjà des raisons d’agir. C’est pour cela que les chefs d’États interpellent les Épiscopats de leurs pays, l’heure de la libéralisation des structures et l’enseignement, afin que l’Église s’implique avec plus de détermination dans l’enseignement supérieur et universitaire. D’autres ont accueilli très favorablement le projet d’une Université Catholique initié par les Évêques de la CERAO et semblent disposés à aider à son implication.
De même, des familles aisées, au lieu d’envoyer leurs enfants à l’étranger à des coûts élevés et à grands risques parfois, voient avec intérêt et satisfaction la possibilité d’assurer sur place une formation supérieure valable à leurs enfants, grâce à la promesse de l’avènement d’une Université Catholique. Même  les familles à revenus moyens sont dispensées à faire des sacrifices dans le même sens.
De plus, il est devenu évident qu’il ne peut y avoir de développement en Afrique sans une formation plus conséquente des hommes et des femmes africains, en fonction des problèmes et des besoins des pays du continent. Cela ne peut se faire efficacement qu’en formant les étudiants sur place en Afrique et dans de bonnes conditions. L’Église en a fortement conscience et veut en acquérir les moyens. C’est l’objet de son combat pour la réalisation de l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO).
L’exhortation apostolique post-synodale « Ecclesia in Africa » de Saint Jean Paul II, au n° 103, affirme :
« Les Universités et les instituts supérieurs catholiques en Afrique ont un rôle important à jouer dans la proclamation de la parole salvifique de Dieu… En ces temps de bouleversement sociaux généralisés sur le continent, la foi chrétienne peut apporter un éclairage utile à la société africaine ».

partenaires

CORPS RECTORAL

Profesor Name
Rév. Père Joseph T. DIARRA

Recteur

Profesor Name
Rév. Père Yvonnick D. ZONI

Secrétaire Général

Profesor Name
Prof. Eloi DIARRA

Ascesseur chargé de la coopération et l'école doctorale.

Profesor Name
Rév. Soeur Cathérine GBEDOLO

Directrice Administrative et Financière .

TEMOIGNAGES

  • l’UCAO est une expérience unique en son genre, une expérience qui aura un impact sur ma vie pour toujours. C'est une incroyable chance de pouvoir progresser grâce à un accompagnement personnalisé.
    DORE Edwards
    (Cotonou)

  • Au début, ce n’était vraiment pas facile. Je me posais beaucoup de questions, je ne savais pas si la philosophie me réussirait.  Autour de moi, tout le monde m’a dit « accroche-toi, une fois la 1ère année passée ça sera plus intéressant ». Ils avaient raison. Je recommande fortement l’UCAO. - Traoré Amadou - (Mali)

  • J'ai mis beaucoup de temps à réaliser que c'est en travaillant régulièrement et sérieusement qu'on découvre tout l'intérêt des études de droit. C'est grâce au cadre structurant encourageant et personnalisé de la Faculté de droit de l'UCAO-UUA que j'ai réussi à m'épanouir en droit.   Salif BALDE (Guinée)